chris-photographe-Bordeaux

Mise en contexte

Article réalisé par François Cuneo de le blog du Cuk.

 

Pour remettre ce test dans son contexte, je tiens à préciser, ou rappeler, selon que vous êtes nouveau ou ancien lecteur:

  • qu’en 18 ans (j’ai acheté mon premier appareil numérique pour la naissance de mon fils Basile), j’ai changé un nombre incalculable de fois de matériel, passant de Nikon vers Canon, puis vers Nikon à nouveau, en passant par Olympus, Fuji Xpro et Sony A7, A7R, A7 2, A7 R2, et j’en oublie (de ces passages);
  • que je n’ai aucune attache par rapport à une marque précise;
  • que j’ai beaucoup apprécié les capteurs Sony, tant sur mes Nikon que sur mes Sony eux-mêmes, en particulier pour leur dynamique;
  • que je suis revenu sur Canon avec un EOS 5D Mark IV pour les raisons que j’explique ici;
  • que j’ai été a priori un peu déçu par la dynamique de ce capteur, appréciant toutefois cet appareil dans la pratique.

Comme je vous l’ai expliqué plus haut, j’avais besoin d’un deuxième boîtier (oui bon, j’avais envie d’un second boîtier) pour le Rock’n Poche. Ce devait être un Canon, au vu de mon parc d’objectifs, et pour moi, il était évident que ce devait être un plein format.

La sortie annoncée du Canon EOS 6D Mark II me titillait au vu des qualités indiquées sur sa fiche de présentation.

Mais catastrophe, un article de DP Review m’a refroidi à propos de la dynamique, testée par l’auteur dudit article et décrite comme en recul par rapport aux dernières avancées de Canon qui comblait une bonne partie de son retard sur les Sony.

Je précise que j’ai d’ailleurs écrit un article à part sur mon désaccord avec DP Review à propos de cette dynamique ici.

Alors non, je n’allais pas prendre cet appareil. Parce que s’il était moins bon que le Canon EOS 5D Mark IV, que je trouvais déjà un peu moins top que le Sony A7 RII, je n’allais certainement pas trouver mon bonheur avec ce nouveau Reflex.

J’ai donc téléphoné à M. Galbiati, à Photo Grancy, pour lui expliquer que j’abandonnais ma commande.

Ce dernier, en qui j’ai toute confiance, m’a rappelé que ce genre de tests était souvent fait avec un appareil de présérie, qu’il me proposait d’acheter le Canon EOS 6D Mark II et que, s’il ne me plaisait pas, il me le rembourserait à 90 % à la rentrée des vacances, ce qui correspondait à une location vraiment pas trop onéreuse pour 4 semaines.

J’ai donc accepté la proposition, et ai emporté ce boîtier, pratiquement sûr de le ramener à la fin du test, au magasin.

Déballage, vendredi matin

L’appareil est un vrai Canon, avec ce design que j’apprécie beaucoup.

IMG_4245.jpg

2017-08-01_16-06-32.png

 

Sa fabrication inspire confiance avec son châssis en alliage d’aluminium et résine polycarbonate avec fibre de verre, certes, un poil plus cheap que celui du 5D Mark IV, mais tout de même magnifiquement fini et protégé de la pluie et des embruns par de nombreux joints. Attention, il n’est pas étanche, mais utilisable dans des conditions météo pénibles, pour autant que votre objectif soit aussi du type tropicalisé.

Il pèse 115 grammes de moins que le 5D Mark IV (765 grammes avec batterie et carte contre 880 grammes dans les mêmes conditions pour le Canon EOS 5D Mark IV).

Toujours bon à prendre, et, en ce qui me concerne, une très bonne chose puisque j’ai intégré le grip BG-E20 de Canon au 5D Mark IV qui fait monter son poids de 390 grammes, auquel il faut encore ajouter le poids d’une batterie supplémentaire.

2017-08-01_16-07-57.png

2017-08-01_16-09-41.png

Oui oui, je sais, la comparaison n’est pas tout à fait correcte, le 5D est doté ici du Grip BG–E20.

Je retrouve avec plaisir d’ailleurs la même batterie LP-E6 (version N, la toute dernière sortie également sur le 5D Mark IV) que celle que l’on retrouve dans les bons boîtiers Canon, ce qui me permet de les utiliser tant sur le Mark IV que sur le Canon EOS 6D Mark II et bien d’autres Canon (dont le D70 de Mme K) compatibles avec la batterie LP-E6 (toutes versions confondues).

Allez, hop, on insère une petite carte SD de 128 Gb bien rapide, et ceci dans le seul compartiment prévu à cet effet, ce que certains regretteront. Le 5D marque un point avec ses deux emplacements (dont un pour une Compact Flash). Moi, je m’en fiche un peu, je n’ai jamais perdu le contenu d’une carte en 18 ans, mais on n’est jamais à l’abri d’une mauvaise manipulation, ou d’une panne.

Immédiatement, on retrouve ses petits si l’on vient d’un boîtier Canon.

Je me suis fait, depuis le temps, à la logique des menus de cette marque, qui est bien pensée, il faut bien l’admettre.

Mais pas vraiment à cette horrible confusion chez Canon de l’infinitif à la place du participe passé, dont j’avais parlé sur l’article concernant le Canon EOS 5D Mark IV.

Lorsqu’on lit: « Wi-fi Activer », pour moi, cela signifie qu’il n’est pas activé et que si je clique sur cette commande, je vais le faire. Si Canon veut nous donner l’état du Wi-fi et qu’il est activé, alors, il doit écrire « Wi-fi activé ».

Purée, ce n’est pas compliqué, ou bien?

2017-08-01_09-55-44.png
Ici, le PdV anti-scintill est marqué « Désactiver », ce devrait être « Désactivé », parce qu’il est actif.

Pour le reste, rien à dire sur l’organisation des menus, si ce n’est que, par rapport au 5D Mark IV, celui dédié à l’autofocus est absent, ses commandes étant réparties dans le menu prise de vue.

Le menu personnalisé est quant à lui de la partie, avec 5 onglets possibles, tout comme les préréglages de l’appareil qui permettent de retrouver très vite des configurations « types ».

L’écran est articulé: quel bonheur!

2017-08-02_08-07-02.png

Magnifique! L’écran est articulé, mais j’aurais préféré qu’il le soit verticalement uniquement, comme sur le Sony.

Là, l’écran devient décentré par rapport à l’appareil de photo lorsqu’on veut le déployer. Rien de grave, quoique cela rend la prise de vue sur le ventre moins discrète que si l’on redresse un peu l’écran, comme on le fait sur un Sony.

Cela dit, cette articulation permet des cadrages encore plus fous, voyons le bon côté des choses, et puis, il est possible de photographier tout en protégeant l’écran en le rabattant.

2017-08-02_08-19-58.png

Ce dernier est tactile, ce qui est agréable tant pour les réglages que pour la mise au point lorsqu’on photographie en Live View.

Notez qu’il s’agit d’un écran 3 pouces de 1.040.000 points, alors que le Canon EOS 5D Mark IV est doté, lui d’un écran 3.2 pouces de 1’620’000 points avec, donc, une définition supérieure. Rien de grave à l’usage, cet écran est agréable, et je trouve important qu’il soit articulé, alors que celui du 5D ne l’est pas.

2017-08-01_16-12-38.png

Deux éléments d’importance ont disparu par rapport au Canon EOS 5D Mark IV: le joystick qui permet la sélection rapide du collimateur autofocus, et la nouvelle petite gâchette bien pratique qui permet, entre autres choses, de changer de mode autofocus.

Je regrette surtout le manque du joystick, même si l’on peut utiliser celui qui est intégré à la molette secondaire, le multicontrôleur.

La petite gâchette est, quant à elle, remplacée d’une certaine manière par un petit bouton « sélecteur autofocus » situé entre la molette principale et le déclencheur.

2017-08-01_16-29-11.png

Pour le reste, la disposition des boutons est passablement modifiée par rapport à celle du Canon EOS 5D Mark IV, mais quasiment équivalente par rapport au 6D précédent.

Si tout tombe sous la main, avec intelligence, une différence fondamentale par rapport à son grand frère est à remarquer: la logique des « Un bouton-deux fonctions » n’est pas de mise sur le 6D Mark II, comme d’ailleurs sur son prédécesseur.

Cela concerne les boutons situés devant l’afficheur LCD.

2017-08-01_16-18-14.png

 

L’écran LCD du Canon EOS 5D Mark IV

2017-08-01_16-17-46.png

L’écran LCD du Canon EOS 6D Mark II

Ainsi, on passe à 5 boutons (4 sur le 5D Mark IV), ISO se retrouve tout seul, comme AF et Drive. Le réglage de sur-sous-exposition du flash ainsi que celui de la balance des blancs ne sont plus accessibles que par le menu Q (bouton du même nom), ce qui me semble très pratique. A priori, cela me semble plus logique, je n’ai jamais trop aimé les deux commandes sur un même bouton. Mais au final, ça m’embête un peu parce que je m’y étais habitué sur le 5D. Heureusement, la touche ISO est toujours marquée d’un petit point en relief, ce qui permet de la retrouver assez facilement.

La colonne de boutons à gauche du viseur du Canon EOS 5D Mark IV a disparu sur le Canon EOS 6D Mark II. Les boutons de visualisation, loupe et corbeilles sont passés à droite de l’écran, le bouton Rate a été supprimé et le sélecteur de scènes, pour autant qu’on ait sélectionné cette fonction à l’aide de la molette de sélection des modes, passe dans l’écran si l’on presse sur la touche Q.

2017-08-01_16-24-42.png

De manière générale, pour le non-habitué à Canon, il faudra avoir recours souvent au mode d’emploi, fort bien fait tout au long de ses 610 pages, même s’il est tout à fait possible de photographier correctement sans s’y référer. Mais si l’on veut utiliser les subtilités de l’appareil, il faudra bien s’y coller souvent. C’est ainsi pour toutes les marques, et Canon est plutôt bien positionné en matière de logique d’utilisation.

Pour le Canoniste, pas grand-chose à réapprendre, encore moins s’il vient du 6D précédent qui est pratiquement identique en matière d’ergonomie (mis à part l’écran orientable qui apparaît sur ce modèle et l’apparition du petit bouton de sélection du mode autofocus).

Dans les mains

La tenue en mains est excellente, la poignée de droite est agréable, et tous les boutons tombent naturellement sous les doigts, et ceci même avec un gros objectif.

Le viseur

Le viseur qui couvre 98 % du champ avec un taux de grossissement de 0.71x est lui aussi un plaisir.

Il est regrettable et difficilement compréhensible pour un appareil de ce prix que Canon n’offre pas un véritable 100 % (Canon indique pudiquement « environ 100 % »), mais ce 2 % finalement n’est pas bien grave et vous permet de cadrer vraiment serré en gardant une toute petite marge d’erreur.

N’empêche…

Le déclencheur

Le déclencheur est tout à fait digne des meilleurs Canon: précis juste comme il faut tout en étant doux, rien à critiquer.

L’appareil est très vite disponible lorsqu’on le met en fonction, mais il faudra prendre garde de désactiver le nettoyage du capteur automatique si vous êtes pressés. Dommage que l’on ne puisse pas choisir de ne l’activer qu’à l’extinction de l’appareil, c’est tout (après mise sur ON et après mise sur OFF) ou rien.

Par contre, l’appareil sort pratiquement immédiatement du mode veille (une petite fraction de seconde d’attente est parfois nécessaire, juste perceptible).

Le déclenchement est relativement peu bruyant, et peut même passer en mode silencieux qui atténue encore le bruit, mais ne rend pas le processus complètement… silencieux pour autant, comme peuvent le faire certains hybrides.

Il y a tout de même un miroir à et un obturateur mécanique à déplacer voyez-vous!

L’autonomie

Le Canon EOS 6D Mark II est donné pour une autonomie de 1’200 images.

Ah mais quel bonheur de couvrir toute une soirée de festival, et de rentrer à l’hôtel avec tous les bâtons encore présents sur le pictogramme de la batterie. Et lorsqu’on met la batterie à recharger, elle montre qu’elle l’est encore à plus de 75 % et met peu de temps à être complètement remplie.

Idem lorsqu’on part en excursion, l’autonomie n’est plus un problème.

Un gros changement par rapport aux Sony que j’ai eus dans les mains pendant plusieurs années, où je couvrais parfois avec peine un seul concert d’une heure avec une batterie et où je jonglais avec les chargeurs et les batteries supplémentaires.

Certes, j’ai pris moins de photos cette année au Rock’n Poche, mais tout de même.

L’autonomie est même meilleure sur le papier que celle du 5D, puisque ce dernier est donné à 900 photos sans avoir besoin de recharger.

Avec le grip BGE-20 du 5D, son autonomie monte à 1800 images, mais il n’en reste pas moins que dans les conditions comparables, le 6D Mark II est meilleur.

Cela dit, le Canon EOS 6D Mark II peut recevoir lui aussi un grip, le BG-E21.

2017-08-01_12-25-26.png

Il permettra de doubler l’autonomie (si besoin était) et de retrouver les commandes sous les doigts en photographie verticale.

L’autofocus

D’abord, la remontrance principale à faire à l’autofocus du 6D Mark II: il est beaucoup trop centré par rapport au capteur Full Frame. Quand on voit ce que peut nous offrir Sony, qui couvre bien plus large, c’est à ne pas bien comprendre le fabricant.

C’est gênant dans le suivi des sujets en mouvement.

2017-08-01_12-06-34.png

Pas dans les autres conditions.

Mais il faudrait tout de même que Canon se bouge.

Pour le reste, aucun problème, les 41 collimateurs croisés (collimateur central doublement croisé), font très très bien leur travail.

Rappelons que seuls les objectifs qui ouvrent à 2.8 (et en dessous) peuvent profiter de la quintessence de tous les capteurs, le mode d’emploi étant très clair sur le sujet.

Et n’oublions pas la technologie Dual Pixel, qui permet des choses intéressantes (voir mon dernier article à propos du 5D Mark IV)

Juste pour rappel, voici comment Canon la présente:

Au cours d’un enregistrement avec la fonction RAW double pixel, un seul fichier RAW enregistre deux images dans le fichier. Une image est composée des données combinées A+B sur l’image, l’autre uniquement des données d’image A. Cela signifie que les fichiers RAW double pixel contiennent à la fois l’image normale et toutes les informations parallaxes, qui peuvent être mesurées et dont on peut extrapoler des informations sur la distance du sujet. Comme les images RAW double pixel contiennent deux images, elles sont donc deux fois plus volumineuses que les images RAW.

À l’aide de l’optimiseur RAW double pixel inclus dans le logiciel Digital Photo Professional, les utilisateurs peuvent exploiter les données Dual Pixel enregistrées avec l’image RAW double pixel pour appliquer des micro-réglages à la position de netteté maximale, à l’aide des informations détaillées du fichier.

Comme cette technologie n’est utilisable que dans le logiciel Canon, et pas dans Lightroom pour l’instant, je ne l’utilise pas.

Il semble qu’elle soit intéressante en vidéo par contre et que c’est elle qui améliore drastiquement le système en Live View.

Dans les conditions du Rock’n Poche, pas faciles, le 6D Mark II s’est comporté dans les faits aussi bien que le 5D Mark IV, mais je précise que sur les deux appareils, j’avais réglé l’autofocus sur la zone des collimateurs centraux, et que le 5D était doté du 70-200 f2.8, plus lourd que le 24-70 f2.8 sur le 6D.

Cela dit, j’ai fait tout de même de nombreux tests avec le gros zoom avec le 6D, l’appareil réagit avec une nervosité tout à fait excellente, et même en conditions de lumière difficiles.

À remarquer que l’autofocus fonctionne de manière efficace et rapide également en basses lumières (plage de fonctionnement de -3 à 18 IL) en mode viseur.

En mode Live View, 63 capteurs mieux répartis (ils couvrent pratiquement tout le champ) mais moins rapides prennent le relais si l’appareil ne détecte pas le visage pointé, ce qu’il fait normalement de manière très efficace, tout en le suivant avec efficacité.

Le GPS, bien présent

Le 6D Mark I était doté du GPS, pas de raison que le Mark II ne le soit pas.

Le fonctionnement est le même que sous d’autres boîtiers Canon:

  • on peut l’activer pour qu’il ne perde pas le signal même éteint;
  • on peut l’activer pour qu’il ne cherche plus pendant l’extinction de l’appareil, mais en mode veille seulement;
  • on peut le désactiver complètement;
  • il lui faut entre 30 secondes et 1 minute pour retrouver son signal après qu’il a été désactivé (par extinction de l’appareil par exemple).

Lorsque l’on entre dans un endroit couvert, l’appareil se rappelle de là où il était, mais seulement jusqu’à sa veille ou son extinction. Avantage: vous ne pouvez pas taguer des photos totalement faux si vous avez sorti votre appareil de veille à 100 km de l’endroit où il y est entré, toujours à l’intérieur d’un bâtiment (mais d’un autre, bien évidemment).

Désavantage: si vous arrivez pour une fête dans une salle, vous devrez taguer les photos qui suivent la première mise en veille en les glissant, sur Lightroom par exemple, sur le même endroit que celles que vous aviez prises auparavant.

Ceci dit, quel pied d’avoir un GPS sur son appareil de photo et de retrouver sur la carte immédiatement l’endroit où elles ont été prises. Les Smartphones font cela depuis longtemps, certains gros appareils bien chers ne le proposent toujours pas, pour des raisons principalement d’autonomie de l’appareil, en particulier sur les hybrides.

Le Wi-Fi et le Bluetooth aussi

Comme la plupart des appareils Canon, le Wi-fi est de la partie, tout comme le Bluetooth et même le NFC, mais pas sur iPhone, évidemment, puisqu’il faudra attendre iOS 11 qui devrait être plus souple et permettre à des éditeurs tiers d’utiliser cette technologie, pour l’instant réservée à ses propres besoins.

Le Wi-fi fonctionne parfaitement pour que l’appareil puisse être commandé par votre Smartphone, ou pour transférer des photos entre appareils.

IMG_4276.PNG

Cela dit, même si l’application Camera Connect fait le maximum pour vous simplifier la tâche, tout n’est pas si simple à configurer, il vous faudra effectuer quelques manipulations sur l’appareil.

Et la qualité des images?

Comme je l’ai écrit en début d’article, j’étais inquiet au vu de l’article de DP Review lié plus haut.

J’avais tort.

Cet APN est doté d’un capteur plein format de rapport 3:2, comme le format 24/36, de 26.2 millions de pixels. C’est un peu moins que le 5D Mark IV qui, lui, en affiche 30.4 millions, mais c’est bien mieux que le Mark I qui lui nous en offrait 20.2.

26.2 MP, cela permet d’avoir des photosites bien gros qui devraient pouvoir capturer la lumière efficacement et gérer de belle manière la montée en ISOs avec les technologies de 2017.

Voyons si c’est le cas.

Les images ci-dessous sont des exports Lightroom en 1500 x 1500 pixels.

Tous les extraits d’images (voir plus bas) peuvent être vus en taille réelle en cliquant sur eux (ce sont des copies d’écran).

Sur un Smartphone, la taille réelle est rarement la vraie, l’écran faisant toujours une interprétation de taille, même dans les extraits. Mais vous pouvez zoomer dans l’image.

Calcul de l’exposition

Première expérience à Habère Poche: l’appareil se comporte superbement en mesure de la lumière multizone évaluative.

2017-07-29-20-52-50.jpg

2017-07-30-01-29-25.jpg

2017-07-30-01-30-47.jpg

 

J’en profite pour exprimer mon contentement: en effet, la fonction de mémorisation de l’exposition après mise au point et disponible, et comment même, puisqu’il est possible de l’activer à l’aide de l’une des fonctions C.Fn 1, pour chaque mode de calcul de l’exposition (multizone, sélective, prépondérance centrale, spot). Ça m’aurait bien été utile dans mon ancienne manière de procéder (mesure Spot avec décalage du cadrage après mise au point).

Mais bon sang, pourquoi ne l’a-t-on pas sur le 5D, cette fonction personnalisée?

Gestion du bruit dans l’image

Il faut admettre que j’avais un objectif soit f1.4 soit f2.8, ce qui limite un peu la montée en ISOs, mais quand il le faut, l’appareil est bien là.

Le bruit est parfaitement récupéré dans Lightroom si besoin est, mais jusqu’à 6’400 ISOs, les images sont parfaitement exploitables, avec une bonne dynamique. Et même, à 12’800 ISOs, on est loin de l’image de dépannage (voir plus bas), même si le bruit commence à être perceptible.

Notez que c’est Lightroom qui se charge de développer les RAW et que DXO pourrait faire mieux, mais il ne reconnaît pas encore le Canon EOS 6D Mark II au moment où j’écris ces lignes.

Lightroom fait de l’excellent travail tout de même. Et si le grain qui peut apparaître avec ce logiciel qui rappelle celui qu’on avait en argentique alors que vous ne le voyez pas sur DXO vous dérange, vous pouvez corriger la luminance, toujours à 0 avec ce Lightroom qui préfère garder les détails souvent détruits par d’autres programmes spécialisés qui abusent de cette correction.

2017-07-30-01-28-00.jpg
4’000 ISOs
2017-08-02_09-01-46.png
4’000 ISOs, extrait de la photo précédente en taille réelle

Les couleurs de scène sont splendides (celles du 5D Mark IV le sont aussi, soit dit en passant), les projecteurs bien rendus, le 6D Mark II fait de l’excellent travail.

 

6400 ISOs, extrait de la photo précédente en taille réelle

Donc nous avons là un appareil qui sera pleinement utilisable en conditions de spectacle, mais également bien sûr dans toutes les conditions où la lumière est très faible.

Revenons à des images de test pour montrer ce que le capteur et l’électronique ont dans le ventre.

2017-08-01-23-40-59.jpg
6400 ISOs
2017-08-02_08-42-10.png
6400 ISOs, Extrait à taille réelle de la photo précédente

 

2017-08-01-23-43-38.jpg
3’200 ISOs

 

Et la dynamique, alors?

Vous avez pu vous rendre compte dans les images précédentes qu’elle est plutôt bonne, malgré les montées en ISOs.

Restait à voir ce que faisait l’appareil dans des conditions difficiles de jour, comme la montagne, et ses ciels souvent tellement cramés par nombre de boîtiers.

Eh bien, je dois dire que j’ai été complètement renversé par les qualités de cet appareil également dans ce domaine.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il en a sous le capteur.

2017-07-31-12-59-59.jpg
Un exemple qui montre bien la dynamique du capteur. Plein soleil juste derrière un nuage, contre-jour total, il faut plisser les yeux pour regarder la scène: les hautes lumières, les ombres, et tout ce qu’il y a entre-deux est bien rendu (250 ISOs).

La mesure de la lumière que j’ai utilisée était également, comme dans les photos précédentes, la multizone évaluative.

Il faut savoir que, Canon, comme c’est souvent le cas, a tendance à surexposer légèrement les images en particulier sur certains paysages avec une lumière dure de ciel un peu gris sans l’être en milieu de journée (si vous voyez ce que je veux dire).

Deux solutions: faire une correction à la prise de vue de -1/3 d’IL à -1IL, ou faire confiance à la mesure et corriger ensuite.

Par défaut, les images (qu’il faut absolument développer dans Lightroom en utilisant le profil Adobe Camera Standard et non pas Adobe Standard) manquent donc un peu de densité et les ciels peuvent sembler brûlés.

 

2017-08-01_15-53-38.png

Mais alors, là, tout est possible.

Si, avec d’autres appareils, diminuer les hautes lumières détruit en même temps la photo, ici, la correction est véritablement efficace, et fait ressortir les ciels, les nuages, les couleurs que nous avions à la prise de vues.

2017-08-02_10-26-17.png
La photo, telle que rendue par Lightroom (copie d’écran)

Pour un paysage, je tire un peu à gauche les hautes lumières, je corrige l’exposition entre -0.5 et -1.5 IL.

Et j’ajoute une légère correction de voile pour le lointain et j’obtiens ceci:

2017-07-31-13-11-50.jpg

À noter que tous ces réglages peuvent se faire dans un preset à l’importation dans Lightroom que vous pourriez appeler « Import paysage », pour vous éviter de devoir reprendre les images une à une (ce que je fais de toute façon).

Le résultat est vraiment étonnant et les paysages ont une présence que je n’avais jamais rencontrée depuis tant d’années, je retrouve tout ce que j’avais vu à la prise de vue.

2017-07-31-15-16-00.jpg

Oui, ce capteur a une très belle dynamique et, en ce qui me concerne, moi qui avais fait les photos dans la même région avec le Sony A7 R II, pourtant lui aussi très bon, j’arrive avec le Canon EOS 6D Mark II à de meilleurs résultats en moins d’opérations de correction.

2017-08-02-17-31-36.jpg

2017-08-02_23-18-52.png

100 ISOs, extrait de la photo précédente en taille réelle

Donc non, je ne comprends pas ce qu’a voulu écrire le journaliste de DP Review. Peut-être était-ce en effet un appareil de présérie, parce que là, je constate tout à fait l’inverse de ce qu’il nous transmet.

J’ai d’ailleurs écrit postérieurement au présent test un article consacré à mon désaccord avec DP Review à propos de ladite dynamique de ce capteur.

2017-07-31-15-45-21.jpg

Ce que l’on peut, si on y tient, reprocher à cet appareil

J’ai déjà évoqué l’unique port SD, la couverture à 98 % du viseur et les collimateurs autofocus trop centrés, je n’y reviendrai pas.

Si le 6D Mark II passe à 6.5 images seconde (contre 4.5 pour son prédécesseur) sur 150 images JPEG ou 21 RAW (après, il baisse la cadence, mais je précise que je n’ai pas vérifié les chiffres d’usine) il dispose d’un obturateur qui ne monte qu’au 4’000e de seconde « seulement » et une synchro flash qui se limite au 180e de seconde. Il ne fait donc pas mieux sur ces points que son prédécesseur.

Allez, j’ajoute pour la forme l’USB 2, alors que le 3 aurait été la moindre des choses. Mais cela ne me touche pas plus que ça, j’utilise toujours un lecteur de cartes USB 3.0 pour transférer mes photos, même sur le 5D Mark IV qui est, lui, USB 3.

Cela dit, dans la plupart des cas, ces limitations ne seront pas un frein à votre créativité.

Et puis, pour ceux qui apprécient la vidéo, ce Canon ne filme pas en 4K mais reste limité au Full HD à 60 images seconde, ce qui est tout de même un peu fort pour ce prix, alors que le moindre Smartphone moderne le fait désormais. Pour le reste, les fonctions vidéo me semblent intéressantes (micros stéréo, possibilité régler manuellement le niveau du son, sortie HDMI Mini (type C, compatible HDMI-CEC), microphone externe. J’ai vu dans la page de présentation qu’une prise casque était de mise, je ne l’ai pas trouvée sur l’appareil, et encore moins dans le mode d’emploi.

En conclusion

Vous trouverez, si vous cherchez bien, le Canon EOS 6D Mark II pour un peu moins que 2’000 francs suisses environ (j’imagine autour de cette somme en euros).

Pour ce prix, vous disposerez d’un capteur plein-format, d’un vrai bon viseur optique et du savoir-faire Canon.

J’ajouterai encore que vous bénéficierez de l’excellente colorimétrie signée du fabricant japonais, et d’un parc d’objectifs époustouflant, que l’on fasse son choix chez Canon ou d’autres, en particulier Sigma, qui nous sort des objectifs Art splendides dont je vais parler très bientôt.

Le Canon EOS 6D Mark II est un appareil exceptionnel. Il a presque toutes les qualités, et il offre une superbe qualité d’images.

Une porte d’entrée vers le plein format en matière de prix, qui est bien plus que cela. Le Canon EOS 6D Mark II fera un excellent appareil pour l’amateur éclairé, ou un deuxième boîtier qui tient parfaitement la route pour le professionnel.

 

source : leblogducuk.ch

Comments

  • newworld666
    newworld666
    reply
    Oct 29 2017
    AF trop centré ? encore un argument superficiel sans analyse de la situation. Je crois que si on ne prend en compte que les collimateurs croisés qui sont les seuls réellement efficaces pour autre chose que de la photo de pot de fleurs => le 6DII a à peu près la même couverture que le 5DIV et pour le reste (collimateurs non croisés) il y a un mode liveview couplé au Dual Pixel et l'écran 100% tactile (menus compris) diablement efficace chez Canon => en gros pas loin de ce qu'il y a de plus efficace sur le marché.
  • MASSICARD François
    MASSICARD François
    reply
    Mar 08 2018
    Bonjour Chris, Merci pour votre analyse détaillée sur cet appareil, car elle ma beaucoup aidée à faire mon choix sur l'achat de ce boitier, Après 15 jours d'utilisation, j'en suis super content... Avez-vous utilisé la fonction Bluetooth ? car j'ai un doute sur son mode de fonctionnement. De mon côté l'appairage s'effectue bien sur mon smartphone mais j'ai l'impression que la lecture des photos est possible uniquement en mode wifi... En effet, si je laisse le wifi "désactivé" sur l'appareil photo, il est impossible de lire les photos sur le smartphone.. Dans la rubrique function Wifi de l'appareil photo le smartphone est bien enregistré, par contre, en mode Bluetooth nous ne disposons pas d'info sur l'appairage du smartphone dans le boitier, si ce n'est l'indication suivante : Bluetooth ="smartphone"..je sélectionne par un appui "set" puis la page suivante... pas d'indication spécifique dans le boitier sur le smartphone. Par avance, merci pour votre éclairage...dans l'éventualité qu'il y en aurait un. Sinon, je confirme mes remerciements pour votre super commentaire sur ce boitier. Ps : smartphone android 5.0.2 et bluetooth version 4.0
    • chrisadmin123
      chrisadmin123
      reply
      Mar 08 2018
      Bonjour, je vous conseille vivement de passer par le wifi plus stable et plus rapide. Jamais je ne passe par le Bluetooth. cordialement Christophe
  • Ivando
    Ivando
    reply
    Mar 08 2018
    Bonjour, Et merci pour ces commentaires, précisions, et retour de terrain. J'ai un 6d et le seul gros reproche que je lui fais ce sont le nombre réduit de collimateurs, et la mire 3x3 qui n'existe. J'hésitais un peu entre un 6dII ou n 5dIV pour aller plus loin, mais était refroidit par les critiques sur la dynamique du 6dII. J'oubliais que la 1e version était déjà extraordinaire en terme de dynamique et de balance des blancs... Seul regret le nettoyage au démarrage et non plus à l'extinctuon, c'est vraiment dommage. Merci à Canon d'offrir des pleins formats légers et abordables.
  • Alain
    Alain
    reply
    Mar 11 2018
    Hello, Perso, je comprend plus rien. Vous allez à l’inverse de ce que l’on entend sur le web. Je possède un 5dii depuis bientôt 9 ans (si j’en ne me trompe pas) J’attendais avec impatience cette sortie du 6dii. Les médias spécialisés et les bêta testeurs connu du monde entier ont tués cette nouvelle mouture canon en deux temps trous mouvements. Arguant même que cet appareil et le pire appareil photo de l’année 2017. Que ça dynamique catastrophique, je crois d’après les test’s technique se rapproche de très près de mon 5dii... Sur un blog concurrent qui fini par « etmac » le photographe l’adore, prétextant même une merveille, et un américain très connu affirme même que cette histoire de dynamique c’est du pipeau... que l’appareil est efficace et performant sans pour autant dépasser certains Sony. J’ai pu tester le 5d4, c’est pas mal du tout mais il faut un sacré budget. Vous affirmez dans votre essai du 6d2 que celui-ci est aussi bien voir mieux que son grand frère sur la dynamique... je suis donc vraiment perdu... Le capteur du 6d2 est pourtant bien de moins recente génération. Je ne dis pas forcément que la dynamique est ultra important, mon 5d2 n’est pas très bon à ce jeu là. Et j’ai pu remarqué que l’abondance de dynamique tant a poussé les photographes au jeu de l’exagération donnant des photos juste près de l’hdr a force de récupérer dans les ombres et les hautes lumières de leur image... c’est moche... Après ses moins d’essais... êtes-vous toujours aussi content de cette appareil visiblement pas si mal que ça... qui me donne envie de passer le pas... du moins d’aller le louer pour un essai ;-)
  • MASSICARD François
    MASSICARD François
    reply
    Mar 14 2018
    Bonjour Chris, Alain,... Merci pour le retour, je suis en phase concernant le WIFI, mais le bénéfice du Bluetooth est l'usage en extérieur... à moins que cela soit impossible car il faut une connexion internet pour le logiciel caméra connect... pourtant installer sur le smartphone (reste à faire des tests) Alain, La dynamique , je rejoins totalement l'avis de Chris.... les commentaires sont très exagérés... personnellement je trouve la dynamique très bonne... par contre, je constate un écart significatif sur le visuel d'une scène entre ma perception visuelle "de mes yeux" et le résultat de la scène capturée sur la photo, les reflets de lumières sur les objets paraitront plus vifs "Lumineux" sur la photo or au réel ces reflets sont quasiment pas perceptibles (même constat fait par Chris pour les scènes de paysages du ciel). Pour retrouver l'équilibre dans la perception j'utilise HDR et style image en "portrait" et je laisse multizone évaluative ou je baisse les IL par (vitesse ou diaph,...) mais le résultat en HDR est plus efficace. Cela permet d'avoir un résultat génial sans utiliser ligthroom. Personnellement, je ne regrette absolument pas cet achat... le louer s'est l'adopté... Cordialement.

Leave a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.